Le Prieuré et le Logis de la Motte

   A Noyal, chacun connaît le centre culturel « L’Intervalle » composé au centre d’un bâtiment contemporain entouré de deux bâtiments historiques : à gauche le « Prieuré Saint-Martin » et à droite le « Logis seigneurial de la Motte » abritant respectivement une salle de spectacle, la médiathèque et l’école de musique. 

Mais que sait-on de l’histoire des deux bâtiments historiques ?

 

   Jadis le Prieuré Saint-Martin dépendait de l’Abbaye Saint-Melaine de Rennes. On note qu’au XIIème siècle onze prieurés du diocèse de Rennes étaient directement rattachés à l’Abbaye dont celui de Noyal-sur-Vilaine.

   Le Cartulaire Saint-Melaine consacre 32 feuillets à Noyal soit environ 10% du document (Le cartulaire est un ensemble de chartes rédigé en latin). Ce cartulaire mentionne les différentes donations faites à l’Abbaye Saint-Melaine en Noyal ce qui permit l’établissement d’un prieuré important vraisemblablement avant l’an 1161 !

  

             Qu'est ce qu'un Prieuré ?

   C’est un petit monastère suivant la règle de l’Abbaye à laquelle il est rattaché.

   A l’origine les religieux d’un prieuré devaient desservir eux-mêmes leurs paroissiens. Puis sur ordre de la papauté et des conciles la plupart des religieux se firent remplacer par des prêtres séculiers, pensionnés par eux, mais ils se réservèrent les revenus des prieurés.

 

Tradition du Prieuré : "Le sault de gerbe"

  

   Au XVIème siècle la papauté, puis le roi concède le régime de la Commende qui permettait que le bénéfice d’une abbaye ou d’un prieuré soit remis à un ecclésiastique ou à un laïque. Ce système entraîna la décadence de la vie monastique.

 

   Le nom des quelques prieurs est parvenu jusqu’à nous et parmi eux en 1834 Thomas Degli Ammanati, légat du Pape et archevêque de Naples.

Monseigneur François Thomé

 

   François Thomé est né dans la première moitié du XVIème siècle dans une famille de gentilhomme du diocèse de Vannes. Il meurt en 1591 et est enterré à Saint-Malo de Beignon où l’on peut toujours voir la dalle funéraire dans l’église. 

 

  En 1570, il entre en possession du Prieuré de Noyal  qu’il affectionnera particulièrement, il y séjourne régulièrement et le fait reconstruire vers 1570. (C’est ce bâtiment que nous pouvons admirer de nos jours.)

 

 

    Au début du XVIIème siècle, le prieur commendataire cède le prieuré aux Jésuites qui fondaient à la même époque à Rennes le collège Saint-Thomas. Cette cession permet à ces derniers de jouir de tous les revenus attachés audit prieuré jusqu’à leur expulsion de Rennes en 1762.

 

   Le Prieuré reste uni au collège de Rennes jusqu’en 1789 au moment de la saisie des biens du clergé et il sera vendu en 1793 comme « Bien national » Il est adjugé au sieur Jourdain pour la somme de 40 000 livres.

   En 1840 le propriétaire, Monsieur Beuscher le vend au Père Dupont des Loges alors vicaire de l’église Saint-Sauveur de Rennes et ce dernier le lègue aux sœurs de la Providence de Ruillé (Sarthe) Ces dernières auront à charge « d’y maintenir trois sœurs chargées de visiter et soigner les malades pauvres de la commune et d’enseigner aux jeunes filles les principes de la religion, la lecture, l’arithmétique et cela gratuitement pour les familles indigentes ».

L’école ferme ses portes en 1992 après 150 ans de bons et loyaux services !

  Documentation recueillie par Mikaël Saulnier pour l'exposition de 2004

" Du Prieuré au Logis de la Motte, l'Intervalle".